Pourquoi le sel iodé ?
Une question de santé publique !

 

Les données actuellement disponibles indiquent qu’en Belgique, l’apport iodé est modérément inférieure aux besoins moyens pour l’ensemble de la population, et plus particulièrement chez la femme enceinte et durant la période critique du développement cérébral, à savoir durant la vie foetale et les trois premières années de la vie postnatale. Il existe donc un état de carence modérée et persistante en iode en Belgique.

La situation de carence iodée de la population peut paraître surprenante dans un pays industrialisé comme la Belgique. Elle est en fait commune à de nombreux pays d’Europe occidentale et encore bien plus d’Europe de l’Est. Cette carence iodée est liée essentiellement à des habitudes alimentaires inadéquates. de la déficience iodée durant la période périnatale et la petite enfance sur le développement intellectuel de l’enfant.ont clairement montré qu’une carence endémique sévère en iode durant cette période

Jusqu’en 1998, date de la dernière enquête nationale sur le statut nutritionnel en iode, la Belgique était considérée comme un pays carencé en iode. En 2009, un programme remplaçant le sel non-iodé par du sel iodé dans le pain a été adopté en Belgique. L’équipe du Dr Moreno-Reyes, Institut des Sciences de la motricité et Hôpital Erasme a mené un an après la fortification du pain avec du sel iodé, deux études nationales sur le statut nutritionnel en iode en collaboration avec l’Institut scientifique de santé publique: l’une porte sur les enfants, l’autre sur les femmes enceintes – 1er et 3e trimestres. Les résultats viennent d’être publiés.

La première enquête montre que les enfants en Belgique ne sont plus carencés mais leurs mères restent légèrement carencées en iode. La seconde montre que les femmes enceintes sont également légèrement carencées en iode bien qu’un pourcentage considérable de femmes prennent des suppléments vitaminiques contenant de l’iode pendant leur grossesse.

« Afin d’atteindre un apport optimal en iode chez les femmes en âge de procréer et chez les femmes enceintes, il est nécessaire qu’un plus grand nombre de boulangers utilise du sel iodé; il est également indispensable de remplacer le sel de table non iodé par du sel iodé, sans évidemment augmenter la consommation totale du sel » conclut le Dr Rodrigo Moreno-Reyes.

SHARE IT: